Emile-Jean Armel-Beaufils (1882 - 1952)

Émile-Jean Armel-Beaufils

Emile-Jean Armel-Beaufils est né à Rennes, où il suivra les cours des Beaux-Arts jusqu'en 1909 avant d'intégrer l'Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris, où il fréquente les ateliers de Merson, Mercié et Labatut. Il exposera au Salon des Artistes Français à la sortie des Beaux-Arts et jusqu'en 1951 où il obtiendra une médaille de bronze en 1914, d'argent en 1921 et enfin d'or en 1924. Il va s'illustrer dans la réalisation d'ouvrages commémoratifs comme beaucoup d'artistes dans cette période d'après-guerre 14-18. Entre 17 et 20 il réalisera 9 monuments aux morts en Bretagne. Il se mariera en 1923 avec Zannic Duvivier, artiste également et qui travaillera aussi pour la Manufacture Quimpéroise. C'est en 1929 qu'il commence sa collaboration avec la Maison Henriot, il est au sommet de sa gloire à cette époque, sa carrière s'étend bien au-delà de la Bretagne bien qu'il y reste très fidèle. Il collaborera à la décoration du Ministère de la Marine en 1933 et est fait Chevalier de la Légion d'Honneur en 1934.

Partageant sa vie entre Paris et Saint-Briac, il aime travailler dans divers matériaux des sujets inspirés de la Bretagne traditionnelle, les Ouessantines, la Pennhérès de Plougastel et des sujets puisés dans la vie balnéaire ; soucieux de l’harmonie des volumes et de la ligne, il refuse le pittoresque et privilégie la qualité formelle.