Arthur Midy (1877 - 1944)

Curnow Vosper et Arthur Midy

Arthur Midy est né à Saint Quentin en Yveline. Dès ces douze ans, ses talents de peintre sont encouragé par la ville, qui lui octroie de multiples prix et récompenses, et financera sa formation aux Beaux-Arts. Il suivra en parallèle une formation artistique à l’Académie Julian à Paris. Il exposera au Salon des Artistes Français de 1897 à 1928.

C’est à 28 ans qu’il découvre Le Faouët, et qu’il s’initie à la scène de genre et au paysage, délaissant les sujets d’histoire ou biblique pour lesquels il a été formé. Désormais il partagera sa vie entre Paris et le Faouët. En 1914, c’est lui et David-Nillet qui inaugureront le premier Musée du Faouët, qui à l’époque se résume à une salle de la Mairie. En 1921, Arthur Midy est nommé expert auprès de la commission de restitution des œuvres d’arts saisies en France par les Allemands. C’est comme cela qu’il rencontrera Émilie Maïer, qui deviendra sa deuxième femme en 1938. Durant toutes ses années, il passe progressivement de la peinture académique à la touche franche et frémissante, portant de plus en plus d’attention à la vibration de la lumière et aux couleurs. Il peint beaucoup sur le motif, sillonnant la campagne à bicyclette. Son œuvre est d’une grande richesse ethnographique. Il peindra un peu partout dans le Finistère et le Morbihan. Dès 1925, il exposera régulièrement au Salon des beaux-Arts de Lorient.

Arthur Midy et sa femme eurent une fin tragique. Il fut tué à la fin de la seconde guerre mondiale par la résistance, trouvant que ce couple Franco-Allemand avait trop pactisé avec l’ennemi.