André Dauchez (1870 - 1948)

André Dauchez

Né à Paris, élève de Luc-Olivier Merson, il pratiquera la gravure dès ses débuts et c’est avec une eau-forte d’après Isabey qu’il expose pour la première fois au Salon de 1887. Il ne commence à pratiquer la peinture que sous l’influence de son beau-frère, Lucien Simon. Dans la décennie 1900, il fait partie, avec Lucien Simon, Charles Cottet, Georges Desvallière, Maurice Denis d'un groupe de jeunes peintres surnommé "la bande noire" par les critiques d'art, car ils rejettent les toiles claires des impressionnistes.

André Dauchez se rend en Bretagne très jeune et plus particulièrement sur l’embouchure de l'Odet. Dès 1890, la famille Dauchez fréquentera Bénodet, en 1893 elle s’installera dans la maison de Kergaït qui se situait non loin de l’entrée de l’estuaire. Ces périodes estivales de la famille Dauchez décidera de la vocation picturale et maritime pour André, d’autant plus que son beau-frère, Lucien Simon, peintre lui aussi, cohabita dans cette maison jusqu’à la fin du XIXe siècle.

André Dauchez fut qualifié de peintre du vent et des estuaires, sa personnalité s’affirma dans l’exécution des paysages qui dominent son œuvre. Les bords de mer, les estuaires et les ports ont sa préférence. Sa connaissance du milieu maritime est sans faille, c’est un véritable marin qui a navigué et découvert les rivages les abordant par la mer.

André Dauchez était purement paysagiste, la figure humaine étant souvent absente de ses paysages. Il maniait avec perfection la mine de plomb, et dans ses dessins les retouches sont inexistantes. C’était surtout un graveur remarquable auteur de près de quatre cents gravures. Il illustra par ailleurs plusieurs livres avec beaucoup de poésie, dans des éditions de luxe numérotée, comme : « Le foyer breton : Contes et récits populaires » d’Emile Souvestre, « Le livre de l’Emeraude » d’André Suarès, « La mer dans les bois » par André Chevrillon qui relate un voyage en bateau sur l'Odet. Citons aussi ses splendides et touchantes illustrations pour le conte de Paul de Musset : « Monsieur le Vent et Madame la Pluie ».

C’est par conséquent dans la section gravure qu’il  rentre à l’Institut en 1935. Bien que voyageant beaucoup, surtout en Italie, c’est en Bretagne qu’il puise son inspiration : pêcheurs, brûleurs de goémon, récolteurs de varechs, pardons… André Dauchez, sera directeur de la Société des Artistes Français. Il est notamment exposé dans la section des peintres naturalistes du musée d’Orsay.