Mathurin Méheut (1882 - 1958)

Mathurin Méheut

Mathurin Méheut est un artiste qu’on ne présente plus en Bretagne, tellement sa notoriété y est grande. Et c’est un juste retour des choses, au vu de l’amour qu’il a eu pour cette terre. En 2013, il a été honoré par le Musée de la Marine de Paris qui lui a rendu un vibrant hommage lors d’une exposition retraçant l’ensemble de son œuvre de peintre, aquarelliste, sculpteur, faïencier... Exposition qui fut prolongée tant son succès fut grand.

Fils d'un artisan lamballais, Méheut manifeste très tôt des dons artistiques et sort à 20 ans, brillamment diplômé de l'école des Beaux Arts de Rennes. Il s'inscrit ensuite à l'Ecole nationale des arts décoratifs à Paris et suit les cours d'Eugène Grasset à l'Ecole Normale d'enseignement du dessin. Très vite, il collabore comme peintre décorateur à la prestigieuse revue Art et Décoration. Puis il va à la station de biologie marine de Roscoff pour illustrer Etude de la mer, flore et faune de la Manche et de l'Océan. Ce livre publié en 1913 et exposé avec d'autres travaux le fait accéder à la notoriété.

Il part au Japon en 1914 avec la bourse Autour du monde financée par la fondation Albert Kahn. Au Japon, il trouve la confirmation de ses choix iconographiques, telle la représentation de l'essentiel avec un minimum de moyens. Son séjour est interrompu par la mobilisation générale. Peintre combattant sur le front d'Artois et en Argonne, il dessine la vie quotidienne de ses pairs. Le crayon ou le pinceau toujours à la main, il rapporte une quantité de documents sur cette période.

Démobilisé en 1919, il se retire dans le pays bigouden pour tenter de se ressourcer. Pendant deux ans, il prépare sa deuxième exposition personnelle au musée des Arts Décoratifs à Paris. Il y pense depuis son retour du Japon. Cette exposition devra être à la hauteur de la précédente en 1913. Les oeuvres exposées reflètent ses anciennes tendances et d'autres qui annoncent, tant par le graphisme que leur thématique, le Méheut des années trente et quarante. C'est dans la deuxième partie de l'exposition consacrée à sa terre natale que Méheut va tirer le meilleur de son art afin de s'imposer comme le peintre de la Bretagne.

Pendant l'entre-deux-guerres, Méheut est au sommet de sa carrière. Il est connu aussi bien comme décorateur, illustrateur et céramiste. Dès l'après-guerre, débute une collaboration de plus de trente ans avec les Faïenceries Henriot à Quimper, mais aussi avec la Manufacture de Sèvres et Villeroy & Boch. Les grandes compagnies maritimes confient à Méheut la décoration de leur plus beaux paquebots, ambassadeurs de tout un art de vivre. Et enfin, les éditeurs continuent à faire appel à lui comme révélateur de la Bretagne à Paris.

Il a aussi l'occasion d'enseigner dans plusieurs écoles prestigieuses : l'école Boulle en premier lieu, de 1912 à 1913 puis de 1919 à 1928 et l'école Estienne où il fait un bref passage en 1921. Après une interruption de quelques années pour se consacrer à sa carrière, il a de nouveau l'occasion d'enseigner, pendant la seconde guerre mondiale, de 1941 à 1943, cette fois à Rennes, à l'école des Beaux-Arts où il fut élève. De ces dernières années d'enseignement, un élève marqué par son professeur fera une carrière internationale dans le cinéma d'animation : Frédéric Back.