Jim Sévellec (1897 - 1971)

Jim Sévellec

Eugène Sévellec, dit Jim Sévellec est un peintre et céramiste français, né à Camaret-sur-Mer le 21 janvier 1897 et mort le 21 mai 1971 à Brest.
Il grandit à Camaret-sur-Mer, fils d'un marin d'état. Deux élément favorisent sa vocation artistique : son père qui encourage la liberté de son expression esthétique, et également Camaret qui est alors un lieu de confluence d'artistes de divers horizons. On citera l'écrivain Saint-Pol-Roux mais aussi dans le domaine pictural de Charles Cottet, Robert Antral. Très jeune, il dessine la vie du port. Sous l'influence de Saint-Pol-Roux, il part pour Paris, afin de suivre une formation artistique auprès de Louis-Marie Désiré-Lucas.

Lors de la Première Guerre mondiale, il est mobilisé en 1916 dans l'infanterie et il sert, entre autres, d'interprète auprès des soldats américains et écossais. C'est ainsi que ses com­pagnons lui donnent son prénom d'artiste « Jim », plus simple à prononcer que celui d'Eugène. Libéré de ses obligations militaires il suit l'enseignement de l'école de PTT et parallèlement fréquente les milieux artistiques parisiens. En 1924 il est nommé à la surveillance des câbles sous-marins à Brest, c'est le retour au pays et le début d'une riche et abondante activité artistique.

Il crée avec des amis un groupement artistique du nom de "La phalange bretonne", il expose à la Galerie Saluden de Brest. Bien implanté dans la vie artistique locale, il est professeur à l'école des Beaux-Arts de Brest sans cesser son activité au PTT. Jim Sévellec commencera sa collaboration dès 1928 avec la Manufacture Henriot de Quimper.  A partir de cette date, sans jamais cesser de peindre, Jim Sévellec donne de très nombreux modèles à l'édition chez Henriot. En 1936, en même temps que René-Yves Creston,  il est nommé peintre de la Marine. Pour le musée de la tour Tanguy, il restitue le passé de la ville de Brest à travers des dioramas. On lui doit également plusieurs ensemble décoratif pour des hôtels-restaurants de Brest, Camaret et Dinard.